AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Deux Bear pour le prix d'un ! [PV Namida]


Dim 18 Déc - 18:22
avatar
Messages : 408
Date d'inscription : 21/10/2011
Age : 21

Fiche de Personnage
Années d'études : 3ème année - 14 ans)
Don/Forme animale :
Contractant : Nobody~

Voir la signature ?



Jun Akiyama
♫ Promenons-nous dans les bois ♫





L'hiver, saison de froid, de batailles de boules de neige, de feux de cheminée mais aussi et surtout saison du père noël. Celui que tout les enfants attendent impatiemment, pour découvrir ensuite leurs cadeaux au pied du sapin. Pour Jun, bien qu'elle ait largement dépassé l'âge où l'on y croyait, il existait, c'était certain. Après tout, elle était bien capable de faire vivre des peluches, alors pourquoi un vieux monsieur à grosse barbe immortel vêtu de rouge et traversant le monde entier en une nuit n'existerait pas ? Et puis, à Tsukimori, tout était possible. Jun avait vraiment hâte d'y être. Peut-être aurait-elle une nouvelle peluche ? Mr Bear mourrait sûrement d'envie de se faire un nouvel ami ! Mais il était si timide, niant toujours la vérité, qu'il ne le lui avouerait sûrement pas. En attendant Noël, Jun patientait tranquillement en allant jouer dehors à ces heures perdues. Avec Mai et Mr Bear bien entendu. Cette fois-ci, Mai était occupée à essayer de vendre un téléphone portable à un potentiel client. Un téléphone portable sans carte SIM bien entendu. Mais ça, le pigeon ne le saurait qu'après l'avoir acheté. Jun était donc sortie, accompagnée de sa -malheureuse- peluche préférée. Il faisait très froid, aussi, soucieuse de la santé de l'ours -bien que celui-ci, étant une peluche, ne sentait pas le froid et ne tombait pas malade- avait confectionné une petite tenue pour lui. Une petite veste rouge, un pantalon de la même couleur et des bottes de cuir noir. Et le bonnet de père Noël. La fillette le trouvait troooop mignoooon comme cela.

Mr Bear soupira. Il détestait Noël. Jun déborde toujours de joie et saute dans tous les sens tout le temps, mais c'est encore pire pendant les fêtes. En plus de ça, il fallait toujours qu'elle s'imagine qu'il souhaite un "nouvel ami" ! Il n'en a rien à faire lui. C'est un solitaire dans l'âme, qu'est-ce-que ça lui fait d'être entouré de peluches débiles ? La plupart des peluches de Jun sont comme elle, c'est-à-dire toutes câlinous bisous, collantes, curieuses et gigotent tout le temps. Autrement dit, insupportables. En plus de ça, il devait se coltiner ce stupide déguisement de père Noël. Tsssk, manquerait plus que la barbe ! Et il doit participer aux jeux de cette gamine en plus... vas-y que je t'aide à faire une boule pour la tête du bonhomme de neige, vas-y que je dois aller chercher des branches pour les bras, vas-y que tu me fais monter sur la tête du bonhomme pour admirer la vue ! L'horreur.

A propos de vue, Bear aperçut quelque chose. Une silhouette plus précisément. Jun se retourna, intriguée, se demandant ce qui retenait ainsi l'attention de l'ours. Quelque chose se cachait dans l'ombre des arbres entourant le pensionnat. La fillette, curieuse, attrapa la peluche et courut vers la silhouette. Une fille, vêtue d'une robe bleue, se confondant avec la neige. Ses longs cheveux noirs, eux, se mélangeaient à l'ombre des arbres. Jun s'approcha, et, sans aucune politesse, demanda :

-Qu'est-ce-que tu fais ? Tu veux venir jouer ?


Lun 19 Déc - 13:59
avatar
Messages : 44
Date d'inscription : 16/11/2011
Age : 22

Fiche de Personnage
Années d'études : Esprit-14 ans d'apparence.
Don/Forme animale :
Contractant : Me retrouver liée à quelqu'un ne me semble pas envisageable.

Voir la signature ?



Namida
    Je n’aimais pas l’hiver. En hiver, il faisait froid, la neige c’était mouillé, et en plus il y avait plein de légendes idiotes qui circulaient. Déjà, le type en rouge. Je n’aimais pas le type en rouge, le Père Noël, déjà le rouge c’est tellement voyant, et en plus il est vieux le Père Noël, pourquoi on l’a pas appelé Grand-père Noël d’abord ? Et puis, lui, il sait tout sur tous les enfants de la Terre, comment il peut savoir tout ça hein ? Et dire que j’y croyais, moi au Père Noël, je lui ai même envoyé ma photo… Quoi ? Je. Je lui ai envoyé ma photo ? Une photo de moi ? Ce pervers en rouge a ma photo, il est encore plus informé que le FBI ! Et il n’a même pas fait de crise cardiaque en me voyant ? Bah. De toute façon, il n’existe pas, c’est tout. Mais alors… Qui donc possède ma photo ? Qui ? Oh mon dieu, peut-être qu’il avait affiché ma photo, celle avec mon horrible visage d’enfant dessus ! Mais peut-être qu’il aimait les filles moches ? Aaaah, mais où était-elle maintenant, ma photo, hein ? C’est vraiment embêtant, ça, ça me tracasse ! Ou alors, il l’a jetée. Oui, c’est ce qui me paraît le plus probable, c’est sûr qu’il l’a jetée, brûlée, déchirée. On va dire ça, hein, on va arrêter de s’inquiéter.

    Bon. Je suis coincée dehors, moi, en fait. Je suis coincée toute seule, dehors, dans le froid, c’est d’un triste. En même temps, je déteste être accompagnée (ou pas, enfin, c’est un peu particulier chez moi). En fait, j’étais un esprit donc je ne sentais pas le froid. Mais quand même, en voyant les autres couverts de la tête aux pieds, alors que moi je suis à côté en robe légère, ça me donne un peu froid quand même. Je n’ai pas froid, mais j’ai froid. Observez ce splendide oxymore, c’est tout ce qu’il y a de plus remarquable quand même. Même quand j’étais sous ma forme de corneille, j’avais froid devant tous ces petits êtres tout emmitouflés qui jouaient dans la neige, le visage tout rouge. Moi, je ne vois pas l’intérêt de lancer une boule de neige blanche et toute froide dans la figure de quelqu’un d’autre. Et y prendre plaisir, qui plus est ! C’est vraiment sadique comme jeu, je suis sûre que Kyomi adore ça ! Hou, dès que je pense à elle, j’en ai des frissons… Je préfère de loin penser à autre chose.

    Tiens, là, il y avait une fille brune, avec un ours en peluche déguisé en Père Noël. Quoi ? Un ours déguisé en Père Noël… Le type en rouge étant un pervers… Oh mon dieu, cette fille est accompagnée d’un authentique Pedobear ! Oh là là, et elle ne le sait même pas ? Ne s’en est-elle jamais doutée ? Mais peut-être ne s‘est-elle pas rendue compte qu’il la suivait ? Oh, elle semblait s’éloigner encore plus du pensionnat ! Oh non, ne t’en vas pas toi ! Il faut rester là, avant que Red-Pedobear ne s’empare de toi et te fasses des choses dans un coin sombre… La forêt ? Aaaaah, noooon, pas la forêt, ne vas pas par là ! Là-bas, il se passe plein de choses bizarres ! … Bon, d’accord, des choses bizarres il s’en passe tout le temps à Tsukimori, mais surtout pendant les périodes de fêtes. Je n’ose même pas repenser à ce qu’il s’est passé à Halloween, alors imaginez à Noël, où on ne pense plus qu’au pervers en rouge et aux cadeaux ! C’est effrayant, enfin, pour moi en tous cas.

    Et toi, la brunette inconsciente, tu ne rebrousse pas chemin, en plus. Tu t’enfonces dans cette forêt effrayante avec le Red-Pedobear à tes trousses. Non mais vraiment, qu’est-ce qui te passe par la tête hein ? Bon, puisque tu ne sembles pas vouloir changer d’avis, et le Red-Pedobear non plus d’ailleurs (il est vraiment tenace cet ours en rouge), je vais te suivre, hein, on ne sait jamais, tu pourrais faire des bêtises. Discrètement, bien sûr, il ne faut pas que Red-Pedobear me voie, et toi non plus d’ailleurs. Ah non, hein, déjà que tu es poursuivie par un ours sadique et pervers en rouge, alors si en plus tu t’aperçois que moi, Namida, la fille la plus affreuse du pensionnat, de la Terre entière, te suit aussi, tu vas carrément faire une crise cardiaque et ce n’est pas mon intention.

    Je me transformai en corneille, et volai au dessus de toi, silencieusement. Le silence, la discrétion, c’est ma spécialité. On ne m’entend pas, on ne me voit pas non plus. Enfin, je fais tout pour cela. Tiens, nous nous arrêtons ? Pourquoi nous arrêtons nous ? Ah, peut-être t’es-tu enfin résignée à rebrousser chemin et à contrer le Red-Pedobear ? J’atterris par terre, derrière un arbre, et repris ma forme humaine. Je… Oh non, ce n’est pas possible ! Le Red-Pedobear m’a vue ! Aaaaah, repérée ! Au secours, quelqu’un, sauvez-moi ! Quoi ? Toi aussi, tu m’as vue ! Et voilà que tu te diriges vers moi, oh non, pas possible !

      « Qu’est-ce que tu fais ? Tu veux venir jouer ? »
      « Je…Je…euh… »


    Hein ? Jouer avec quelqu’un, moi ? Tu plaisantes j’espère ?! Je reculai, puis sentis que mon pied glissait en avant et que je partais en arrière.

      « Aaaaah ! »


    J’étais tombée sur les fesses, ouille ça faisait mal ça ! Non mais vraiment ! Je cachai mon visage de mes mains, il n’était pas question que tu me voies ! Je pris ma forme animale, puis m’envolai pour me poser sur une branche, avant de me changer de nouveau en humaine, demeurant assise sur la branche. Cachant mon visage d’une main, pointant du doigt le Red-Pedobear de l’autre (quoi, tu l’as dans tes bras maintenant ! Tu es vraiment inconsciente tu sais ?) je dis d’une voix étranglée :

      « Fais attention, c’est le Red-Pedobear, il va vouloir te faire des choses dans un coin sombre, hiiii ! »

Lun 19 Déc - 18:15
avatar
Messages : 408
Date d'inscription : 21/10/2011
Age : 21

Fiche de Personnage
Années d'études : 3ème année - 14 ans)
Don/Forme animale :
Contractant : Nobody~

Voir la signature ?



Jun Akiyama
P-e-d-o-b-e-a-r ? C'est quoooi ?


La fille semblait paniquer. Elle bredouilla le début d'une réponse avant de glisser et tomber par terre. Avant que Jun ne puisse réagir, l'inconnue se transforma en corbeau et s'envola. La fillette lâcha un « Oooh » étonné et se demanda à quoi jouait cette étrange personne. Elle voulait peut-être faire une partie de chat-perché ? Mais ! C'est pas juste, elle pouvait voler, elle ! Attends, comment elle a fait ça, d'abord ?! Et Jun se rappela l'existence d'esprits pouvant réaliser ce genre de chose. Elle se souvient également de la stratégie qu'elle avait mis au point avec sa soeur, Mai. Enfin, c'est surtout Mai qui l'avait inventée, Jun jouant tranquillement avec sa peluche en attendant que sa jumelle aie une idée. Mai c'est le cerveau, Jun c'est les bras. Leur technique, pour espérer gagner le tournoi, était de faire mine de ne pas avoir signé le registre, pour pouvoir ensuite surprendre les autres. Mais à cause de la fillette leur plan venait de tomber à l'eau... Baaaah, un bon câlin et des yeux de chien battu devraient suffire pour que sa soeur lui pardonne.

Pendant ce temps, l'esprit s'était posé sur une branche et avait repris forme humaine. Elle se cacha le visage d'une main, pointa Mr Bear de l'autre, et s'écria, visiblement apeurée :

-Fais attention, c’est le Red-Pedobear, il va vouloir te faire des choses dans un coin sombre, hiiii !

...Gneuh ? Red-Pedobear ? Un coin sombre ? Jun tourna sur elle-même, cherchant des yeux ce fameux Red-Pedobear. Rien. Juste des arbres, de la neige, et cette fille. Et Mr Bear, dans son magnifique costume de Noël. La fillette, voyant que l'inconnue pointait toujours dans sa direction, réfléchi un instant -ce qui est plutôt rare il faut dire. Red-Pedobear... Red ça veut dire rouge, enfin elle croit. Quant à Bear, bah c'est Mr Bear bien sûr ! Mais Pedo... Jun n'avait aucune idée de ce que cela signifiait. Son regard fit plusieurs fois la navette "Espritpeureux-Mr Bear-Espritpeureux-Mr Bear". Puis elle sourit.

-Ah je sais ! Tu veux jouer avec Bearounnet c'est ça ?! T'as vu il est tellement mignon dans son costume de papa noël ! On a envie de lui faire pleeein de câlins ! Mais tu peux l'appeler par son nom hein, tu vas voir il est trooop gentil ! Même si il aime les surnoms aussi ! Moi je l'appelle Bearounnet par exemple, ça lui va trop bien je trouve ! T'es pas d'accord ?

Elle dit tout ceci en serrant à l'en étouffer Mr Bear. Elle était totalement à côté de la plaque, bien entendu. L'ours, quant à lui, était profondément vexé. Quelle journée de merde, vraiment ! Aller jouer dehors dans cette stupide neige humide avec Jun, endosser ce stupide déguisement de père Noël, escalader ce stupide bonhomme de neige, devoir faire semblant d'admirer cette stupide vue et en plus se faire traiter de stupide Red-Pedobear par un stupide esprit ! Il se retint d'insulter de tous les noms l'effrontée, mais il n'en pensait pas moins. Il essayait de se calmer et de ne pas sauter à la gorge de l'inconnue, mais ce que dit Jun le fit sortir littéralement de ses gonds.

-EH TOI LA-HAUT DE QUEL DROIT TU M'INSULTES ?! TU CROIS QUE J'AI VOULU LE PORTER MOI CE STUPIDE DEGUISEMENT DE PERE NOEL ?? ET CREVe POUR QUE JE TE Fasse un câlin...

Oups. Il en avait peut-être un peu trop dit. Jun énervée faisait très peur. Et le bain qui l'attendait come punition encore plus. Il se rattrapa en ajoutant d'une voix sonnant faux:

-Euuuh je plaisante bien sûr j'adooore ce costume haha il est génial ! Oh et je rigole hein j'ai pas envie qu'elle meure haha pas du tout...

Mais Jun ne l'écoutait pas. Elle s'approcha de l'étrangère aux longs cheveux noirs. Elle voulait savoir à quoi la fille voulait jouer. Parce que oui, dans le monde de Jun, tout le monde veut jouer. Même si on lui dit non !

Lun 19 Déc - 20:56
avatar
Messages : 44
Date d'inscription : 16/11/2011
Age : 22

Fiche de Personnage
Années d'études : Esprit-14 ans d'apparence.
Don/Forme animale :
Contractant : Me retrouver liée à quelqu'un ne me semble pas envisageable.

Voir la signature ?



Namida
    Tu ne semblais pas comprendre ce que je venais de dire. Tu tournais la tête à droite, à gauche, comme si tu cherchais quelque chose, mais quoi ? Ou alors, tu n’avais pas compris que la chose que tu tenais dans les bras était le Red-Pedobear ? Pourtant, j’avais été assez explicite non ? Remarque… Peut-être étais-tu déjà pervertie par cet être abominable ? Quoi ? Tu me proposes même de lui faire des câlins ? Kyaaaah, c’est un complot, un complot contre moi ! En plus tu le sers tellement fort, sa tête est pressée contre ta poitrine, hiii c’est tellement malsain ! En fait, tu aimes ça. Tu aimes ça, te faire peloter par un ours en peluche habillé en rouge. Non, je suis une fille innocente et vierge, par pitié, je ne veux pas rentrer dans des histoires comme ça, j’ai horreur de ça, et puis arrêtes de me regarder tu me donnes la nausée. C’est vrai qu’il était plutôt mignon dans son costume de Père-vert Noël (admirez ce jeu de mots). D’ailleurs, en parlant de vert, le Red-Pedobear, alias Mr. Bear, ne semblait pas très heureux. Il avait même l’air très en colère.

    Hiii, mais qu’est-ce qu’il a à crier comme ça ? Quelle horrible peluche, je me demande comment tu fais pour l’aimer moi ! Et en plus, il a beau me hurler dessus qu’il n’a jamais voulu porter ce costume, moi je suis sûre que c’est un gros mensonge, hein, on me la fait pas à moi ! Il était évident que Mr. Bear avait enfilé ce costume pour paraître plus mignon, et de séduire plus d’âmes innocentes. Mais moi, j’avais découvert son plan ! Et ni lui, ni toi, n’allez me pervertir ! Je le dis et le répètes, on ne me la fait pas à moi. Et en plus, il est méchant ce Mr. Bear, il a dit quelque chose de très blessant à mon sujet. Ca me donne envie de pleurer. Ah, vraiment c’est une journée horrible ! Je me retrouve coincée dehors, je me rends compte que ma photo est très certainement entre les mains d’un pervers, puis je fais la rencontre d’une fille bizarre et d’un monstre en peluche ! Non mais vraiment, je n’avais pas de chance !

    Et voilà qu’il continuait ses mensonges, disant tout le contraire de ce qu’il avait crié tout-à-l’heure. Ca sonnait faux, c’était horrible, pourquoi mentir comme ça ? Quelle horrible chose, ce Mr. Bear ! Il était vraiment méchant ! Et toi, toi qui le tiens dans tes bras, sais-tu comme il est hypocrite ? Je suis certaine qu’il a réussi à s’emparer de toi parce que tu es trop naïve, trop faible pour lui résister. C’est vraiment dégoûtant, c’est vraiment affreux, méchant ! Vilaine et vicieuse créature du mal, Mr. Bear !

    Je sautai de ma branche, prenant bien soin de garder mon visage dissimulé derrière mes cheveux et ma main, puis atterris sur les pieds. Gardant la tête baissée, les yeux rivés au sol, le visage dissimulé derrière le rideau noir de mes cheveux, je répondis au Red-Pedobear d’une voix tremblante :

      « Tu mens mal. Tu es méchant, Mr. Bear, je me demande comment elle fait pour te supporter. Et de toute façon, tu ne peux pas me tuer parce… parce que… je…suis…déjà…morte ! »


    J’éclatai en sanglots. C’était horrible de dire des choses comme ça à un esprit qui n’avait rien demandé. Et en plus, ça me faisait repenser à ce souvenir horrible. Le souvenir de ma mort. C’était un accident, un regrettable accident, causé par moi, et par une corneille aussi. Je me demande toujours si le fait que je puisse maintenant me changer en corneille, en la bête qui m’a tuée, ne serait pas ma punition. Une punition pour ma stupidité. Je me demandais ce qu’était devenu le garçon qui avait tenté de me rattraper, il y a dix ans. Les premiers jours que j’avais passé à Tsukimori depuis ma mort, je m’étais isolée du monde, ne voulant croiser personne, et puis je ne savais pas s’il avait signé le registre ou non.

    L’eau continuait toujours de couler de mes yeux, et de mon nez aussi. Je reniflais, sans élégance ni grâce (de toute façon, un acte de ce type-là n’est ni élégant ni gracieux), avant d’essuyer mes larmes, ce qui visiblement ne servit à rien puisqu’elles continuaient de couler de plus belle. J’étais une vraie fontaine, et encore plus affreuse maintenant qui plus est. Et toi, là devant, je ne t’aime plus beaucoup, car maintenant je sais que tu es l’alliée du Red-Pedobear. Quel monde injuste, vraiment, tellement injuste…

Mer 21 Déc - 16:09
avatar
Messages : 408
Date d'inscription : 21/10/2011
Age : 21

Fiche de Personnage
Années d'études : 3ème année - 14 ans)
Don/Forme animale :
Contractant : Nobody~

Voir la signature ?



Jun Akiyama
Questionnaire interminable

La fille sauta de sa branche. Surprise, Jun fit un pas en arrière. L'inconnue se cachait toujours le visage, elle devait être vraiment très timide. Jun mourrait d'envie de lui enlever cette fichue main, se demandant pourquoi elle ne voulait pas qu'on la voit. Peut-être qu'il lui manquait un oeil ? Peut-être qu'en fait c'était un alien déguisé, et que son déguisement n'était pas complet ? Et pourquoi avait-elle tant peur de Bear ? Peut-être que les aliens étaient les ennemis jurés des peluches ? Peut-être avait-elle été envoyée sur Terre pour détruire tous les nounours ? (cette idée la fit frissonner, elle ne survivrait pas sans peluche) Autant de questions et d'hypothèses qui tourbillonaient dans sa tête. Elle allait justement l'assaillir de questions lorsque l'intéressée se mit à parler. Elle dit quelque chose comme quoi Mr Bear ne savait pas mentir et qu'elle ne savait pas comment Jun pouvait le supporter. Puis elle éclata en sanglots. Bearounnet ? Mentir ? Oui, c'est vrai qu'il ne savait pas mentir. Il est tellement timide qu'il ne sait pas dire ce qu'il pense ! Par exemple, quand la fillette lui a fait enfiler son superbe costume, il n'arrêtait pas de ronchonner. Mais Jun savait qu'en réalité il adorait ce costume ! Oui, elle en était certaine. Ou les bains... Il partait toujours se cacher quand c'était le jour du bain. Quel joueur ! Quant à le supporter... Mais elle n'a jamais eu à le faire ! Au contraire, elle l'adore, elle ne peut pas se passer de lui ! Bear c'est le meilleur, Bear c'est le plus gentil, Bear c'est le plus fort, Bear c'est le plus mignon, Bear c'est le plus intelligent... Bear n'a que des qualités, après tout. Juste un peu trop timide. Mais ça le rendait encore plus mignon !

Bear, lui, en entendant ça, se mit à rire intérieurement. Devoir le supporter, lui ! Haha, c'était plutôt l'inverse. Si cette fille savait ce que devait endurer la peluche à cause de Jun, elle ne le traiterait sûrement pas cause ceci... Tout ces bains, ces nuits à mourir étouffé dans les bras de la gamine, ces parties de thé à la noix... Et puis l'étrangère l'accusa d'être méchant. Oups. Oui, il avait gaffé ce coup-ci. Il y était allé un peu fort, c'est vrai. Après tout, c'est vrai qu'il devait avoir l'air louche dans ce costume ridicule. Et la bizarrerie qui se trouvait en face de lui était déjà morte, alors lui dire de mourir... Il s'était montré peut-être un peu trop -mais juste un peu hein- dur avec elle. Mais il ne s'excuserait pas, ça non. Elle l'avait mérité, vu comment elle l'avait accusé. Et voilà qu'elle pleurait en plus ! Pleure autant que tu veux, petite, tu ne me feras pas regretter mes paroles... enfin pas beaucoup. Non, elle ne réussirait pas à l'attendrir.

Jun ne comprenait rien. Pourquoi elle pleurait ? Pourquoi elle disait ça ? Pourquoi elle se cache le visage ? Comment elle s'appelle ? Comment elle est morte ? Ca se faisait trop de questions pour son petit cerveau. Si seulement Mai était là ! Elle, elle aurait su quoi faire. Sans le cerveau, les bras ne servent à rien. Et les bras, c'était Jun. Alors, sans aucun tact, elle posa toutes les questions qui lui trottaient dans la tête depuis le début:

-Pourquoi tu pleures ? Pourquoi tu dis que Bearounnet ment ?

Elle fit un pas en avant. Elle voulait des réponses, et quand elle en voulait, elle ne lâchait pas l'affaire. Pas avant de les avoir. Alors elle se rapprocha de plus en plus de l'esprit, en continuant son questionnaire, interminable.

-Pourquoi tu te caches ?

Encore un pas.

-C'est quoi un Red-Pedobear ? Comment tu t'appelles ?

Et encore un.

-Et comment t'es morte ?

Elle était maintenant à moins d'un pas de l'étrange esprit. Ses yeux étaient emplis de curiosité. Mais quand elle pose des questions, elle ne fait jamais attention aux autres. Exit les réactions de son interlocutrice, tout ce qui importait était les réponses. “Réponds-moi !” disait son regard.

Sam 24 Déc - 15:58
avatar
Messages : 44
Date d'inscription : 16/11/2011
Age : 22

Fiche de Personnage
Années d'études : Esprit-14 ans d'apparence.
Don/Forme animale :
Contractant : Me retrouver liée à quelqu'un ne me semble pas envisageable.

Voir la signature ?



Namida
    Tu t’approchais de moi, de plus en plus. Uh, mais je déteste les contacts physiques moi, c’est vraiment une horreur ! Je reculai donc, mais tu avançais en même temps que moi, comme si nos gestes étaient synchronisés, comme si nous avions inventé un nouveau type de danse. Ledit type de danse pourrait s’appeler ‘tu me suis Je te fuis, tu me fuis je te suis’. Et qu’est-ce que tu poses comme questions, en plus ! Nous venons à peine de nous rencontrer, je ne sais pas ton nom, tu ne sais pas le mien non plus. Et tes questions sont indiscrètes, elles me font mal, elles me transpercent le cœur. Je lève légèrement les yeux, afin de croiser une infime fraction de seconde ton regard. Tes yeux me font mal, eux aussi. Car dedans, je vois cette lueur que je connais si bien, cette lueur qui me demande tant, qui m’en demande trop, qui me tue encore une fois. Je ne veux pas te répondre, non, je ne veux pas, tu es si étrange, tu ne sembles pas gênée d’avoir cette chose habillée en rouge dans les bras, tu en es heureuse même, tu es comblée. Tu as l’air si innocent pourtant, je sais que tu es manipulée.

    Et moi, je souhaite t’arracher ce Mr. Bear de tes mains, et le jeter au loin pour qu’il ne te fasse plus autant de mal. Et ensuite, je partirai. Je détestais être seule ave quelqu’un, avoir de la compagnie, des amis, des ennemis ne m’intéressait pas, me faisait horreur même. De toute façon, j’étais trop souillée, et trop stupide pour atteindre la lumière qui émanait des gens normaux, comme toi par exemple. Moi, je ne pouvais que fuir et fuir encore, toujours plus loin et toujours plus vite. Fuir la lumière, avant qu’elle ne me rende aveugle, et m’enfoncer toujours plus profondément dans l’obscurité, et m’en envelopper comme d’une couverture, un linceul noir et opaque qui me rendrait invisible aux yeux de tous. Oh. J’aurais tant voulu être vraiment morte, ne ressentir plus rien. Parfois, il m’arrivait d’envier tous ces morts, enterrés ou incinérés, qui étaient complètement partis et ne ressentaient plus rien. Alors que moi, j’étais coincée ici. Il paraît qu’il existait un objet, un objet qui pouvait vraiment tuer les esprits. J’aimerais bien le trouver, moi, cet objet, histoire de partir véritablement, de mourir pour de bon. Mais je suppose que si je le disais tout haut, on se foutrait de moi. Je ne veux pas me faire remarquer.

    Et je pleurais, encore et toujours. Je devais avoir l’air pitoyable. De toute façon, je l’étais. J’étais pitoyable, et je le resterais jusqu’à… Enfin, je le resterais éternellement si personne ne trouvait ce fichu objet qui pourrait mettre définitivement fin à mes jours. Et si c’était ça qui attendait le gagnant du concours ? Non, ça ne devait pas être ça. Les humains vivants ne tireraient pas vraiment de bénéfice à faire disparaître les esprits. C’était sans doute quelque chose de plus effrayant, de plus puissant. Hum, je détestais cette guerre idiote et sans queue ni tête. Vraiment, je n’en voyais pas l’intérêt. Enfin, ces gamins n’avaient plus aucune chance de sortir du pensionnat, il fallait bien qu’ils s’occupent. Peut-être qu’il n’y avait rien au bout, en fait. Peut-être que cette guerre n’est en fait qu’un substitut d’amusement, juste pour divertir le personnel. Hii, si c’était le cas, alors les professeurs, les surveillants et le directeur étaient aussi vicieux que le Red-Pedobear ! Rien que cette idée me faisait froid dans le dos.

    Sur le coup, je m’étais arrêtée de pleurer. Mais j’avais toujours ma main sur mon visage, évidemment. Je ne voulais le montrer à personne, mon visage, à personne. J’étais laide, si laide que j’avais peur qu’en me montrant, je briserais ces êtres emplis de lumière. Et ça, je n’en avais pas envie. Je ne voulais pas m’afficher.

      « Tu… Tu poses beaucoup de questions… Un Red-Pedobear, c’est quelque chose qui ressemble à ça (je montrai Mr. Bear du doigt), et c’est très vicieux, ça veut faire des choses horribles à des enfants. Et je m’appelle Namida. »


    Je n’avais répondu qu’à deux de tes questions. Les autres étaient trop indiscrètes, et nul doute que j’allais encore pleurer si j’y répondais, parce que ça me rappellerait des mauvais souvenirs.

Dim 8 Jan - 18:58
avatar
Messages : 408
Date d'inscription : 21/10/2011
Age : 21

Fiche de Personnage
Années d'études : 3ème année - 14 ans)
Don/Forme animale :
Contractant : Nobody~

Voir la signature ?



Jun Akiyama
Jouons ~

Jun se figea un instant, comme pour réfléchir. En réalité, c'était juste qu'elle se mettait à essayer de comprendre cette réponse. Il faut dire qu'elle a le cerveau plutôt lent à fonctionner, et il lui faut du temps pour comprendre les phrases de plus de dix mots. Si elle pouvait poser énormément de questions en moins de dix secondes, il lui fallait plus longtemps pour "digérer" les réponses. Le regard dans le vague, elle essayait donc de comprendre. "Vicieux" ? Ça voulait dire quoi déjà ? C'est un truc méchant non ? Et puis quelles choses horribles ? Est-ce-qu'il... DÉCHIQUETTE LES PELUCHES DES ENFANTS ?! Un frisson la parcourut à cette idée. Jun se sentit paniquer et tenta de se calmer. Bearounnet ne ferait jamais ça. Bearounnet c'est le plus gentil du monde après tout. Par contre, il rôde peut-être un Red-Pedobear dans les parages... Elle serra encore plus sa peluche, prête à le défendre contre toute attaque surprise. Personne ne fera de mal à son nounours. Pas même le gros méchant Red-Pedobear. Bon. Maintenant, elle pouvait de nouveau se concentrer sur la réponse de l'inconnue.

- "Namida" ? C'est joli ! Moi c'est Jun.

Elle avait déjà oublié toutes ses autres questions et le fameux Red-Pedobear. Elle avait même oublié le fait que l'étrange esprit en face d'elle pleurait toujours. Maintenant qu'elle, Bear et Namida étaient amis -Namida lui avait dit son prénom et avait l'air gentille, alors c'était forcément une amie- ils allaient pouvoir jouer ensemble. Une partie de cache-cache, peut-être ? Elle finit les présentations et proposa :

-Et lui c'est Mr Bear ! Mais tu peux l'appeler Bearounnet ! Il est timide, alors il ose pas le dire, mais il adore ce surnom ! Tiens, comme vous êtes amis maintenant tu peux lui faire un câlin si tu veux ! dit-elle en tendant les bras, Bear dans ses mains. Puis après on pourra jouer à cache-cache aussi !

Ce n'est qu'après avoir déclaré tout ceci qu'elle se rappela que sa nouvelle "amie" n'avait pas répondu à toutes ces questions. Qu'importe, elle les aurait bien tôt ou tard. Le plus important pour le moment était qu'elle mourrait d'envie de jouer à cache-cache, ou au chat perché par exemple -mais Namida n'aurait pas le droit de se transformer, c'est de la triche sinon !

[Ecris à la va-vite, court et en retard, désolée ;_; Je me rattraperais au prochain ><"]

Mer 25 Jan - 11:50
avatar
Messages : 44
Date d'inscription : 16/11/2011
Age : 22

Fiche de Personnage
Années d'études : Esprit-14 ans d'apparence.
Don/Forme animale :
Contractant : Me retrouver liée à quelqu'un ne me semble pas envisageable.

Voir la signature ?



Namida
    [Pardon pour le retard D:]

    Finalement, toi aussi tu es horrible. Tu dis que mon prénom est joli. Qu’on me dise cela, ça me fait mal au cœur. ‘‘Joli’’ ? Mais y-a-t’il seulement quelque chose de beau en moi ? Non, je ne crois pas. Je ne suis qu’une pauvre et laide morte, un cadavre ambulant, un triste fantôme. Je vis, mais mon cœur ne bat pas, car je n’en ai plus. Toi, devant moi, tu trouves cela beau ? La mort, personne ne l’aime. Qui pourrait l’aimer, qui serait assez fou et désespéré pour cela ? Et mon prénom, Namida. Ça veut dire ‘larme’. Qui aime les larmes, qui trouvent cela joli ? Les larmes, ça rendait le visage et les yeux tout rouges et tout bouffis. Les larmes, ça rendait moche. Quand on pleurait, on avait le visage crispé, on suffoquait comme si on ne pouvait plus respirer et on était tout raide. Et puis, on était secoué aussi, comme dans le train. Être secoué, à la longue, c’est énervant. Les larmes, ce n’était pas joli. Mais peut-être qu’en fin de compte, tu ne sais pas. Tu ne sais pas que me faire des compliments, c’est comme m’enfoncer un couteau dans le ventre. Ça fait mal, atrocement mal. J’ai envie de te hurler d’arrêter, Jun, d’arrêter d’être gentille avec moi. Je ne mérite pas tout cela, en fait je ne mérite rien du tout. Je veux qu’on me laisse seule, qu’on me laisse tranquille et qu’on arrête de me suivre et de me poser des questions. J’aimerais partir de cet endroit, oh oui, j’aimerais tant m’enfuir ! Et je désirerais mourir réellement. Tant pis si les autres esprits meurent aussi, ça, je m’en fiche. Ça leur donnerait une bonne raison de me détester. J’aimerais cesser d’être Namida, la lugubre corneille aux yeux verts.

    Et tu continuais de parler, Jun, encore et encore. A quoi ça te sert de parler ? Tu ne savais pas qu’on apprenait plus en écoutant qu’en parlant ? Enfin. Il y avait des gens, comme ça, qui n’arrêtaient pas de parler, qui ne pouvaient pas s’arrêter, ou du moins qui n’essayaient pas. Ils prenaient l’espace à eux tout seuls, parlaient trop, énervaient. C’est pour ça qu’on disait qu’ils étaient « encombrants ». Je n’aime pas les gens encombrants, parce qu’ils veulent toujours que je reste avec eux, encore et toujours, pour les écouter. Les gens encombrants ne voient pas ce qu’il y a autour d’eux, donc ils ne peuvent pas savoir que tout ce que je veux, c’est m’en aller. C’est mon souhait quotidien. M’en aller, fuir, partir pour toujours. Mourir.

    Tu me tendis Mr. Bear, un grand sourire aux lèvres. Quoi ? Moi, amie avec cette horreur ? Rien que le mot « ami » me faisait trembler comme une feuille. Avec un humain, c’était inenvisageable, alors avec une peluche vivante, méchante et perverse, il ne fallait même pas y songer, même dans tes rêves les plus délirants ! Et lui faire un câlin, c’était hors de question, d’une parce que je ne le pouvais pas –étant un esprit, les objets me traversaient, alors Mr. Bear tomberait par terre –, de deux parce que je ne le voulais pas. C’était là l’avantage d’être un esprit, c’est que les peluches vicieuses habillées en rouge ne pouvaient rien me faire. Ha ! Tu fais moins le malin maintenant, Red-Pedobear, hein ! Comme je suis morte, je suis intouchable et inviolable, na !

      « … A cache-cache ? »


    Le cache-cache, c’était pas ce jeu où on devait se cacher, et où un autre devait nous trouver ? Hey, mais c’était parfait comme jeu ! Enfin, pour moi en tout cas ! Surtout quand c’est moi qui me cache, hé hé… Je levai la tête, masquant toujours mon visage, puis dit :

      « Je veux bien jouer à cache-cache, mais c’est toi qui compte ! »


    Sans demander mon reste, je courus dans la grotte qui était devant nous. Je me demandais combien de temps tu allais mettre pour me trouver, Jun ! Je m’enfonçai de plus en plus dans la grotte, avant de m’asseoir derrière une grosse pierre, dans l’ombre. Je tournai les yeux à droite, à gauche, avant d’apercevoir quelque chose dans un coin, une chose qui semblait vivante. C’était énorme, et c’était très poilu. On aurait dit Mr. Bear, en cinq fois plus gros. Un… un Red-Pedobear géant ? C’était… C’était terrifiant ! Tremblant de terreur, je me recroquevillai sur moi-même, espérant ne pas être repérée.

Dim 12 Fév - 10:51
avatar
Messages : 408
Date d'inscription : 21/10/2011
Age : 21

Fiche de Personnage
Années d'études : 3ème année - 14 ans)
Don/Forme animale :
Contractant : Nobody~

Voir la signature ?



Jun Akiyama
Grand Red-pedobear
et petit Red-pedobear.

Et la fille partit se cacher. Jun ne savait pas jusqu'à combien elle devait compter, car son "amie" avait été si pressée de jouer qu'elle était partie sans avoir décidé des règles. Alors la fillette décida de compter jusqu'à cent. Oui, cent. C'était long mais cela laisser le temps aux autres de bien se cacher. Après tout, ce n'est pas marrant lorsqu'on découvre quelqu'un tout de suite ! La fillette se rappelait le jour où elle avait appris à compter jusqu'à cent. C'était en dernière année à l'école primaire. Elle n'avait jamais été douée pour retenir les chiffres, aussi avait-elle été très fière. Pour fêter ça, Bear avait eu droit à un bain moussant. Il ronchonnait comme d'habitude, mais Jun savait qu'en réalité il rayonnait de joie ! Enfin, peut-être pas. Après, il ne lui a plus adressé la parole de toute la journée.

« Un, deux, trois... » Jun n'aimait pas compter. A chaque fois, elle avait trop hâte de partir à la recherche des autres. « ...Quinze, seize, dix-sept... » Où avait bien pu se cacher l'esprit ? « ...Vingt-quatre, vingt-cinq, vingt-six... » Dans un arbre ? Sous un buisson ? « ...Quarante, quarante-et-un, quarante-deux... » Mais où donc ? « ...Soixante, soixante-et-un, soixante-deux... » Elle sautillait littéralement sur place. « ...Quatre-vingt-neuf... ? » Elle s'arrêta. Mince, qu'est-ce-qu'il y avait après quatre-vingt-neuf déjà ? Il lui fallut bien trente secondes avant de s'en souvenir. « Quatre-vingt-dix-neuf eeeet... CENT ! » Elle hurla le dernier mot et se retourna d'un bond. Elle se mit à courir dans tous les sens, soulevant chaque pierre qu'elle pouvait trouver, fouillant chaque buisson et examinant bien chaque arbre. Ne cherchez pas à comprendre comment quelqu'un, même un esprit, aurait pu se cacher sous une pierre, Jun non plus ne le savait pas. Mais elle et la logique, c'est bien connu, ça fait deux. Deux mille.

Elle cherchait, sans rien trouver, tenant Bear dans ses bras. Elle aurait pu lui demander de l'aider, mais elle n'aimait pas tricher. Ce sont les méchants qui trichent, pas elle. Elle fouillait désespérément chaque centimètre - elle retournait même la neige - quand elle aperçut l'entrée d'une grotte. Jun sourit. C'est marrant les grottes. Bon, il fait un peu froid et noir mais c'est toujours drôle à explorer ! En plus, sa soeur lui avait dit que les ours vivaient dans les grottes. Des ours comme son Bearounnet ? Cool !

Sans plus réfléchir, elle courut jusqu'à la grotte, impatiente de l'explorer. Elle s'aventura à l'intérieur, lorsque dans la pénombre, à côté d'un gros rocher, elle aperçut une ombre. Gigantesque. Curieuse - un peu trop sûrement -, elle s'approcha. Dans un coin se terrait quelque chose de poilu qui semblait dormir. Et qui ressemblait à s'y méprendre à un Mr Bear version (très) grand. Jun sourit d'un sourire qui pourrait faire trois fois le tour de la Terre, saisi son Bearounnet chéri d'une main et sans plus réfléchir se jeta sur Big Bear.

- BIG BEAROUNNEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEET !

Elle le serra à l'en étouffer. Il ne sentait pas la rose, mais qu'importe : c'était la version géante de son cher Bear. D'un coup, elle oublia la partie de cache-cache et Namida, il n'y avait plus que son "Big Bearounnet".

[Sorry pour le retard aussi D:]


Voir la signature ?



Contenu sponsorisé
 

Deux Bear pour le prix d'un ! [PV Namida]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Deux mascottes pour le prix d'une !
» [FB] Deux tueurs pour une victime. Mais qui remplira sa mission?
» Une question pour le prix de deux ! ( Je blague)!
» Deux pour le Prix d'Un...
» Deux charmeurs pour une jument. [Privée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Tsukimori™ :: Grotte de Mr. Bear-Noël-