AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Du blanc, que du blanc [PV Kyomi]


Lun 12 Déc - 17:32
avatar
Messages : 251
Date d'inscription : 27/11/2011
Age : 21

Fiche de Personnage
Années d'études : 5ième année - Classe C - 16 ans
Don/Forme animale :
Contractant : Rien ni personne

Voir la signature ?



Elliot Shiroi

    Il y a des jours comme ça où étrangement, dès le réveil on est de bonne humeur. Le plus étrange ici c'est que c'est à Elliot que c'est arrivé ce matin ! Mais oui, vous savez, ce grand bonhomme à la tignasse blanche et au tatouage facial? Oui, voilà, lui. Eh bien ce matin, il s'est levé avec le sourire, Ô miracle ! Lui qui d'ordinaire n'était pas du matin...Ni d'aucun autre moment de la journée d'ailleurs, être si bien si tôt, c'était forcément un signe que la journée allait être belle !

    Ainsi, le jeune homme se leva vivement et alla d'un pas motivé vers la salle de bain où il se fit une toilette complète. Rien de mieux pour être prêt à endurer une super journée que de se sentir propre ! Ensuite, il fouilla dans son armoire pour trouver quoi mettre. Au final, il opta pour un simple T-shirt blanc, ce qui changeait de ses habituelles chemises c'est vrai, mais quoi de mieux qu'un bon vieux T-shirt question confort?...Oh et puis zut ! Lorsqu'en sortant un jean, une chemise à manches courtes à carreaux tomba à ses pieds, il ne put s'empêcher de l'enfiler par dessus, la laissant ouverte. Décidément, il aimait ses chemises !

    Une fois habillé et prêt, il prit son sac qu'il balança sur son épaule droite et sortit en claquant la porte d'un air joyeux. Et pour une fois, il n'était pas en retard ! Après quelques secondes d'hésitation, il décida d'aller en cours et mit donc les lunettes qui étaient dans sa poche sur son nez et partit en rejoindre sa classe pour essayer de suivre quelque chose. La matinée passa lentement et les cours étaient vraiment ennuyants. Au final, peut être que cette journée qui s'annonçait pourtant si bien allait être comme les autres?

    Enfin bref. À la pause du midi, Elliot se rendit à la cantine en espérant qu'il y aurait quelque chose de mangeable pour une fois. Oui bon voilà quoi, faut pas trop rêver non plus ! Il ne resta donc pas longtemps et sortit d'un air boudeur. Un garçon si gourmand que lui qui n'avait pas mangé à sa faim, c'était si triste...Mais bon, il était de bonne humeur, ne l'oublions pas ! Il se résigna donc à sortir fumer une clope pour se consoler et peut-être croiser une connaissance, ce qui lui ferait du bien. Enfin, sauf si cette connaissance n'était pas une bonne connaissance. Bah, au pire, une bonne baston ne lui ferait pas de mal !

    Une fois dehors, le froid vint lui piquer la peau et il frissonna. Il remercia alors le ciel gris de lui avoir donné un don si utile dans ce genre de situations et l'utilisa donc pour réchauffer l'air alentour. Immédiatement, il remarqua que les étudiants qui étaient dehors s'étaient rapprochés discrètement, profitant de cet air doux qui l'entourait. Le jeune homme souffla et réduit largement le rayon d'air chaud jusqu'à ce qu'il ne le soit qu'à quelques centimètres de sa peau, ainsi, ces gens collants cesseraient de se servir de lui comme chauffage, non mais !

    Durant quelques minutes, il s'amusa à les voir se frictionner dans leurs grosses vestes et laisser s'échapper un petit nuage de leur bouche entrouverte alors que lui était bien, en T-shirt. Il ricana et s'alluma une cigarette qu'il se mit à fumer tranquillement, avant de mettre ses écouteurs dans ses oreilles avec la musique à fond. Au final, il n'avait croisé personne mais être dehors avec une clope et de la musique c'était bien aussi. Alors qu'il avançait paisiblement, il sentit comme souvent des regards se poser sur lui. D'ordinaire, c'était à cause de ses cheveux ou de son étrange tatouage mais là, il savait bien que c'était à cause de cela mais aussi à cause de sa tenue plutôt...légère pour la saison.

    Bouarf, il s'en fichait. Il marchait et ne faisait pas attention à ces idiots qui ne savent que juger par l'apparence. Soudain, quelque chose attira son regard, une chose qu'il n'avait jamais remarqué d'ailleurs. Il s'arrêta un instant et enleva ses écouteurs. Étrange, on aurait dit un pont. Un pont en glace, très long et dont il ne savait pas où il allait, la fin étant cachée par un brouillard épais. Son âme d'aventurier s'éveilla alors. Il fit un large sourire et écrasa sa cigarette avant de prendre la route vers cet endroit inconnu qui piquait sa curiosité.

    Une fois sur le pont, Elliot sautilla pour vérifier qui était stable. Il l'était, parfait ! Son côté gosse l'obligeait à suivre ce chemin qui le mènerait peut-être vers un endroit superbe ! Il retira ses lunettes et le mit dans son sac qu'il laissa contre un arbre du jardin avant de prendre la route. Il marcha durant longtemps sur ce pont glacé, ne sachant même pas la distance qu'il avait parcouru. Une fois arrivé au delà du brouillard, il contempla les lieux. Sa première impression? «Drôle d'endroit». En effet, il y avait un paysage tout droit sorti d'un dessin animé ce qui l'amusa.

    Seulement, les lieux semblaient déserts et le calme régnait. Seuls ses pas contre la glace résonnaient et à cet instant précis, il se demanda s'il avait eu raison de faire tout ce chemin pour...ça. Dépité, il s'apprêtait à tourner les talons lorsqu'il vit une silhouette au loin. Il plissa les yeux pour essayer de reconnaître cette personne en vain. Il s'approcha et reconnut bien. Il courut donc en direction de la silhouette en souriant. C'était Kyomi, un esprit qu'il adorait embêter et d'humeur taquine, il décida que telle serait son occupation.

    «Ohé Kyomiiiiiiii» Il s'arrêta à quelques mètres d'elle «C'est où ici? Qu'est-ce que tu fais là? Y'a à manger dans le coin?»



Dernière édition par Elliot Shiroi le Mar 20 Déc - 15:09, édité 1 fois

Sam 17 Déc - 7:50
avatar
Messages : 478
Date d'inscription : 15/07/2011
Age : 21

Fiche de Personnage
Années d'études : Esprit ; mort
Don/Forme animale :
Contractant : Aucun

Voir la signature ?



Kyomi
« Et voilà les insectes. »

Pitié. Pas lui. Kyomi, flottant tranquillement à quelques centimètres dans les airs, regardant la silhouette d'Elliot se rapprocher d'elle. Sa première envie ? Lui coller son poing dans la figure après lui avoir craché dessus, ou encore le piétiner. Et cette fille aux envies sadiques, c'est moi. Cette perspective semblait tellement amusante que j'en avais oublié qu'il était si désagréable. La journée avait pourtant bel et bien commencé pour moi. J'avais trouvé un coin bien à l'écart dans le but de m'accorder une petite sieste pourtant non nécessaire aux esprits - bien qu'elle le soit pour moi -, et passé un agréable nuit. Cela fait, j'avais eu la chance de trouver une activité sympathique à faire durant cette journée banale : jouer au chat avec un humain qui avait eu le malheur de signer le registre et de me rencontrer. Surtout de me rencontrer, en fait. Il avait passé plusieurs heures à courir pour m'échapper, et je ne mens pas en soulignant sa lenteur terriblement évidente - du moins par rapport à ma visage de vol, étant donné que je n'avais pas pris la peine de courir. Après une matinée assez remuée, j'avais décidé de manger.

Ce n'était pas souvent que je prenais la peine de pratiquer cette activité facultative pour ma personne, mais ce n'était pas là de la faim qui me poussait à l'effectuer ; c'était plutôt de la gourmandise. Pas mal d'aliments me manquaient, leur goût était exquis et j'avais inconditionnellement envie de les dévorer. En réalité, je ne prenais jamais la peine de faire la queue après ces élèves vivants complètements idiots et gâtés, j'avais toujours eu la flemme d'attendre. Ce verbe faisait parti du top 3 des concepts que je haïssais le plus, en réalité.
C'est pour cela que je me contentais de les doubler, et d'aller traverser le mur de la cuisine pour y piquer quelques tonnes d'aliments réservés aux humains. Si certains d'entre vous cherchent la cause de la rupture de nourriture soudaine alors que tous les élèves n'ont pas mangé, la voici. En bref, la vie d'esprit était pas mal du tout. Je n'avais rien à envier aux humains qui n'arrivaient pas à détacher leur pitoyable masse corporelle du sol, et devait y rester clouer à longueur de journée. Quant à moi, je pouvais habilement voler dans le ciel, ignorant les lois de la gravité.

Malgré tout, l'ennui m'avait rattrapé et je n'avais eu d'autre choix que de trouver de nouvelles personnes à embêter. Fort heureusement, j'avais entendu des rumeurs de la bouche de certains humains : une île de Noël, en traversant le pont relié à l'île. Ce n'était pas souvent que l'on laissait aux humains l'accès à l'extérieur, et je supposais que cet endroit devait être surveillé. Quand bien même, je m'étais dirigée vers le dehors et et avais prit l'accès le plus rapide : en suivant les élèves, mon pitoyable sens de l'orientation m'empêchant toute prouesse solitaire dans cet établissement. Au final, il ne m'avait pas fallu plus d'une demi-heure pour accéder à cet endroit que je ne trouvais pas amusant, au final.
Et c'est ainsi que je me retrouvais en face de ce pauvre idiot. Dans un soupir, je décidais de lui jouer un petit tour.

« Tiens, c'est ce cher Elliot ! Et tout propre, en plus ! Tu as pris combien d'heures pour te préparer ? En tout cas... tu es à croquer. ♥ »

A ces mots, je bondis sur lui en prenant forme de loup. Mes crocs se refermaient sur sa nuque, ou plutôt sur ses vêtements à ce niveau-là. Je courus aussitôt en direction de l'étrange maison blanche du Père Noël sans prendre la peine de taper à la porte, qui était d'ailleurs ouverte.
Après une bonne trentaine de secondes à courir, je m'arrêtais dans une pièce assez gigantesque, que je ne pris cependant pas la peine de détailler. Je jetais Elliot comme un vulgaire objet, le regardant glisser sur le sol avec un sourire sadique. Je redevins peu à peu humaine et m'élevais dans le ciel à quelques mètres en hauteur.

« Désolée, je n'ai pas trop sali ta belle tenue ? » lançai-je ironiquement.

Mar 20 Déc - 16:50
avatar
Messages : 251
Date d'inscription : 27/11/2011
Age : 21

Fiche de Personnage
Années d'études : 5ième année - Classe C - 16 ans
Don/Forme animale :
Contractant : Rien ni personne

Voir la signature ?



Elliot Shiroi


    Un emmerdeur, voilà ce qu'il était. Il savait parfaitement que Kyomi ne le supportait pas et qu'elle rêvait de le fracasser et ça, il adorait. Maso sur les bords? Pas le moins du monde ! Ce jeune homme adorait juste voir les gens s'énerver autour de lui et il en avait toujours été ainsi avec cet esprit, pourquoi changer les bonnes habitudes? Et puis il faut avouer qu'il raffolait de la voir se mettre dans tous ses états à chaque fois !

    Dès le départ de leur rencontre, il avait directement fait en sorte que l'agaçer en lui posant tout pleins de questions. Comme si elle allait lui répondre gentillement ! Attendant une quelconque réaction, il lui fit de grands signes pour accentuer l'image de «lourdaud collant» qu'elle lui avait sûrement attribué. Avec un sourire en coin, il attendit. Bien évidemment il savait qu'il allait en prendre plein la gueule comme on dit mais que voulez-vous, il aimait tellement sentir sur lui des regards méprisants ! Se faire détester était une de ses grandes passions !

    Quoi qu'il en soit, la réaction de son interlocutrice le surprit. En effet au lieu de se montrer désagréable, elle lui répondit comme s'ils étaient de bons amis. Seulement il avait bien compris qu'elle n'était pas sérieuse ce qui l'amusa davantage. Franchement, comme si elle pouvait l'appeler «Ce cher Elliot» avec sincérité. Et à vrai dire si c'était le cas, il serait déçu. Seulement, la fin de sa phrase résonna dans sa tête. Sans doute y avait-il un double sens.

    Il n'eut même pas le temps d'y réfléchir de déjà il sentait quelque chose l'agripper à la nuque et sans comprendre quoi que se soit, il fut secoué dans tous les sens, se rapprochant de l'intérieur de l'étrange château. Pour finir, avant même qu'il ne puisse essayer de bouger, il fut projeté par terre. Non sans trébucher, Elliot se redressa péniblement. C'est seulement à partir de là qui saisit le sens des derniers mots de Kyomi. Tout en la regardant reprendre forme humaine, il ne put s'empêcher de ricaner. Vitesse de réaction 10/10 pour l'esprit !

    « Désolée, je n'ai pas trop sali ta belle tenue ? »

    À nouveau, le jeune homme sourit. Il frotta sa «belle tenue» pour en retirer les petits flocons encore cristallisés bien que la plupart aient déjà fondu sur sa chemise à présent humide. Avant même de lui répondre, il leva la tête pour admirer le lieu où ils se trouvaient. Il était étrange, improbable on aurait dit le château du Père Noël ! Le plafond était très haut et les murs chargés de décorations. Puis il s'ébouriffa les cheveux et répondit a la jeune fille -en apparence-

    «C'est frais...» Puis il passa sa main dans sa nuque, la faisant craquer. «J'ai faim. Tu sais où on peut bouffer?»

    Il faisait exprès bien évidemment d'ignorer les paroles de Kyomi. Mais en un sens, il était vrai qui pensait surtout à rassasier son estomac qui criait famine. D'une main, il mit en arrière une mèche de cheveux qui lui tombait sur le front tandis que l'autre s'aventurait dans sa poche à la recherche d'un possible aliment. Seulement, seuls son paquet de cigarettes et son briquet vinrent toucher ses doigts. Finalement, il en sortir une et se mit à fumer, regardant toujours partout autour de lui. En tournant sa tête vers la droite, il aperçut une sorte de couloir où se trouvait une sorte de...jouet vivant?! Elliot s'étouffa à cette vue, les yeux écarquillés. Rapidement, il laissa sa clope tomber au sol et pointa du doigt l'objet non-identifié.

    «C'est quoi ça?!»

Sam 24 Déc - 21:58
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 22/10/2011

Voir la signature ?



Papa Nowel {PNJ}
Petit Papa Noël, alarmé par ce qu'il se passe dans sa salle de jouets, sort du couloir et vient voir les deux adolescents. Il les accueille d'un grand sourire et ouvre ses bras :

- Bienvenue dans mon château ! dit-il. - Mais...

Surpris, Petit Papa Noël observe les alentours. Les deux enfants ont été gentils de venir lui rendre visite, mais ils ont tout renversé ! Les jouets sont à terre, et dans un coin, un lutin tourne en rond en courant, effrayé !

- Vous avez mis le bazar chez moi ! Je suis très très fâché ! Vous n'aurez pas de cadeau cette année, et ...

Petit Papa Noël claque des doigts. Les lutins agissent illico : ils referment tous les jouets dans des cartons, poussent les tables sur le bord de la pièce et font face, dans leur grande trentaine, à nos deux pas amis. Ils sont dans le caca !

- Hohoho ! Si vous n'avez pas d'argent, vous allez le payer... autrement !

Dim 25 Déc - 6:53
avatar
Messages : 478
Date d'inscription : 15/07/2011
Age : 21

Fiche de Personnage
Années d'études : Esprit ; mort
Don/Forme animale :
Contractant : Aucun

Voir la signature ?


<center>
<center>
#5F9EA0 (cadetblue) ; paroles de kyomi
#8B008B (darkmagenta) ; pensées de kyomi
</center>



Kyomi

Terriblement chiant. Il l'était, et il n'y avait pas - ou peu - d'autres mots pour d'écrire ce type. En face de lui, il était presque impossible de me retenir. Si j'avais écouté mon instinct, je me serai contenté de lui sauter dessus pour le dévorer. Malheureusement, au risque de me retrouver poursuivie en justice pour atteinte à un élève de l'établissement - un évènement auquel je ne préférais pas me risquer -, il était mieux pour ma santé de me retenir un peu plus longtemps. Après tout, lorsqu'il sortirait de cette école stupide, je n'aurai qu'à le suivre pour en finir avec lui - même si le danger persistait. Après tout, tant qu'il n'aurait pas quitté l'île, il était impossible de déterminer si la voix était libre pour moi - ou le danger du personnel de Tsukimori persistait dans mon projet de meurtre. Inutile de préciser que, bien qu'étant esprit, je n'étais pas invulnérable à cela.

Le personnel de Tsukimori était, après tout, spécialisé en la matière - puisque lui-même avait décidé de ne rien faire quant à la présence de ces fantômes étranges. Quand bien même, pour l'heure, je devais me concentrer sur cet imbécile qui était capable de tout faire pour me faire sortir de mes gongs - ce que je n'allais pas laisser passer, au risque de paraître complètement stupide. Je ne voulais pas jouer son jeu, et donc, je restais calme. Je tremblais légèrement, de façon presque imperceptible en fait, à cause de l'excitation. Il fallait le dire, ce n'était pas du gâteau que de se retenir, et je ne pouvais empêcher mon corps d'être épris de tremblement en face de ce type écoeurant - d'après moi. Me contentant de le fixer dans les yeux après le vent monumental - mais volontaire - qu'il m'avait collé, je pris une grande inspiration. Ne pas t'énerver. Reste calme.

« Dans tes fesses, peut-être. Ce truc, c'est un jouet. Parce qu'en plus d'être idiot, t'es aveugle ? »

Humour noir, cynisme, sarcasme, tout y passait. Pas question de laisser à ce type une longueur d'avance sur moi. S'il voulait jouait le jeu des provocations, j'étais apte à le suivre - et pas seulement parce que j'avais plus d'un siècle d'expérience devant moi. Quand bien même, je dois avouer que j'avais du mal à me contrôler en ce genre de situations, plutôt habituée à ce que l'on me voue respect et obéissance, en général. Quand tout à coup, un vieux type bien étrange cru bon de venir nous déranger pendant notre conversation. Son allure laissait à penser qu'il n'était autre que le Père Noël, une pensée qui m'arracha un sourire narquois. J'avais entendu quelques légendes au sujet de cet étrange personnage, mais rien qui n'était vraiment crédible. Autrement dit, nous avions devant nous un simple imposteur, qui se faisait passer pour le Papa Noël !

« Tiens, moi qui pensait que ce gamin (désignant Elliot) était la seule personne dérangée du cerveau en ces lieux, je me trompais. C'est quoi ton problème, vieill- »

Stop. L'erreur était grande. Les deux héros faisaient désormais face à quelque chose de bien plus terrible que le Papa Noël. Ils étaient face à une trentaine de lutins, avec des grosses griffes et des dents aussi jaunes que longues - ce qui vous donnait une idée de leur apparence. Quant à moi, je demeurais flottante dans les airs, mais quelque chose me disait que ça n'allait pas suffire pour échapper à ces créatures. Je redescendis tranquillement sur la terre ferme et poussais un rugissement digne d'un véritable loup. Maintenant, ça allait faire mal. Et pas seulement parce que, après avoir opéré ma transformation, j'avais éclaté le carrelage présent sous l'une de mes pattes pour l'effet de style. Non, car quand une trentaine de lutins affrontent l'esprit du loup, je vous assure que ce n'est pas beau à voir. Dans un soupir, je lançais à Elliot, à contre-coeur :

« Si on s'casse, ils vont nous rattraper. Ça m'plaît pas, mais on doit faire équipe. Sauf si tu préfères aller chouiner dans un coin de la pièce pendant que je bouffe ces nains. »

Mar 27 Déc - 19:20
avatar
Messages : 251
Date d'inscription : 27/11/2011
Age : 21

Fiche de Personnage
Années d'études : 5ième année - Classe C - 16 ans
Don/Forme animale :
Contractant : Rien ni personne

Voir la signature ?



Elliot Shiroi


    Il avait faim. Et quand il avait faim, il devenait pénible, surtout avec Kyomi. Pourquoi? Il n'y avait pas de raisons, en fait. Il aimait juste l'embêter, la rendre dingue, ne lui en voulez pas ! Franchement, qui n'aime pas voir les gens s'énerver autour de soi? Elliot lui, il adorait ça. Voir les gens le haïr au point de rêver de l'égorger, c'était si amusant ! Surtout qu'en ce moment même, il se trouvait face à la personne qu'il adorait le plus rendre folle, bien que souvent il en payait les conséquences mais ça, on s'en fiche, ça l'amusait aussi. Pourtant, il n'était pas méchant, juste insupportable, collant, bavard et agaçant. Juste ça. Quoi qu'il en soit, il savait qu'avec elle il prenait des risques ce qui au lieu de le faire réfléchir lui donnait encore plus envie de la pousser à bout. En tout cas une chose était sûre à la vue de son regard, elle n'avait pas apprécié qu'il l'ignore. En effet elle lui répondit d'une façon des plus froides, l'insultant au passage ce qui n'eut pour effet que de le faire rire. Elle pouvait bien l'appeler comme elle le voulait, cela l'importait peu. N'empêche qu'il aurait aimé savoir où il pouvait bien y avoir de la bouffe, un vrai animal j'vous dit !

    En attendant elle avait raison, «ce truc» ressemblait fortement à un jouet mais bon sang, il était vivant?! Était-ce normal pour elle de voir un jouet s'activer dans tous les sens? En tout cas pour lui, c'était bizarre. Marrant et bizarre même. Mais il n'eut pas le temps de répondre qu'une personne vint les interrompre, une personne elle aussi très étrange. Un gros bonhomme qui faisait penser trait pour trait à une sorte de Père Noël. Le jeune homme le regarda interloqué, pensant qu'il s'était sans doute cogné la tête pendant que ce curieux personnage leur faisait la morale et le fait qu'il parle de jouets confirma ce qu'il pensait. Nullement choqué, il écoutait attentivement. Après tout, il était bien dans un château géant avec un esprit et un jouet vivant, plus rien ne l'impressionnait. Quoique. Alors que celle qui l'avait trainé dans cette pièce répondait avec toujours aussi peu de finesse au grand bonhomme, critiquant l'adolescent au passage, celui-ci la coupa et d'un coup, pleins de lutin tous pas beaux font de la place dans la salle et se mettent face aux étudiants. Il les regarda avec dégout, leurs visages étant tout sauf rassurants avouons-le ! Puis il tourna son regard vers sa...camarade d'infortune pendant que cette dernière redescendait sur la terre ferme, faisant exploser la dalle située sous sa patte lupine. Il ne comprenait pas trop ce qu'il se passait alors il attendit qu'elle lui dise quelque chose.

    « Si on s'casse, ils vont nous rattraper. Ça m'plaît pas, mais on doit faire équipe. Sauf si tu préfères aller chouiner dans un coin de la pièce pendant que je bouffe ces nains. »

    Cette phrase eut pour effet immédiat de lui décrocher un grand sourire. Au moins, elle se rendait compte qu'elle avait besoin de lui cette fois-ce ! Et puis, Elliot répondait toujours présent lorsqu'il y avait de la baston dans l'air, c'est bien connu ! De plus, il ne l'avait jamais vue se battre vraiment et était curieux de voir ce que cela pouvait donner. De toute façon, il ne pouvait pas refuser cette collaboration pour plusieurs raisons. Primo : il aimait se battre, hors de question de louper une occasion de carrer son poing dans une figure. Secundo : elle avait beau lui proposer une alliance, elle ne l'aiderait pas s'il ne faisait rien et Tertio : il ne voulait pas perdre cette chance de se battre avec elle dans son camp, pour une fois ! Il passa une main dans sa nuque avant de regarder ses ennemis. Ils étaient nombreux. Il se tourna vers elle, puis soupira;

    «Tant pis pour les cadeaux, cette année» Puis à nouveau, il sourit faisant craquer cette fois-ci son poing «Ça va saigner !»

    Aussitôt, il bondit en avant, remarquant au passage que le sol était légèrement verglacé ce qui n'était pas pratique pour courir mais n'y fit pas attention, se contentant de le faire fondre en réchauffant tout ça. On pouvait voir sur son visage une vraie attitude de gosse. Ça faisait longtemps qu'il ne s'était pas battu, tiens ! Il allait pouvoir se défouler un bon coup sur ces petits lutins -très laids, on ne le répètera jamais assez-. Habilement, il vint enfoncer son poing dans le premier venu qui gênait le chemin et ce dernier fut projeté en arrière, emportant au passage un second lutin-diable avant d'aller s'écraser plus loin. Tout à fait satisfait hurla un «Et un strike pour Elliot !» en levant le pouce au ciel. Il n'eut pas le temps de faire le pitre plus longtemps car déjà se rapprochaient d'autres petites créatures maléfiques. Dire que dans la légende, ce sont eux qui font les jouets pour les enfants ! C'était incroyable, il y en avait de tous les côtés, tout partout ! Avant de se retrouvé coincé, ce qui aurait été embêtant, il donna un grand coup de pied à ceux qui lui faisaient face pour sortir du cercle qui était en train de se former autour de lui puis s'arrêta un instant pour voir comment se débrouillait Kyomi. Ne pouvant plus se retenir, il lui lança tout en sachant qu'il le regretterait plus tard :

    «Rex, attaque!»


Mar 10 Jan - 12:44
avatar
Messages : 478
Date d'inscription : 15/07/2011
Age : 21

Fiche de Personnage
Années d'études : Esprit ; mort
Don/Forme animale :
Contractant : Aucun

Voir la signature ?


<center>
<center>
#5F9EA0 (cadetblue) ; paroles de kyomi
#8B008B (darkmagenta) ; pensées de kyomi
</center>



Kyomi

Alors ça, c'était une erreur. Bien que la signification du mot « rex » m'était inconnue, je me doutais que ce n'était pas un compliment - et ce n'était pas pour me plaire. Je plongeais donc mon regard animal dans celui d'Elliot, montrant une certaine « désobéissance » quant à son ordre. Je n'eus qu'à attendre deux secondes et un lutin lui bondit sur le dos pour le faire bouger dans tous les sens. Mon visage se tordit en un rictus de satisfaction - si tant est que cela est possible sous forme animale. Incapable de me retenir plus longtemps, je décidais d'attaquer. Un bond me projeta sur un lutin tandis que mes dents se refermaient sur son crâne, que j'agitais dans tous les sens - lequel eut vite fait de saigner ; tandis que le craquement de son cou signait le dernier instant de sa vie. Me satisfaisant de son dernier cri d'agonie, je me tournais vers un de ses confrères.

Il fallait le dire, c'était amusant de combattre ces petites diablotins. Un coup de patte balaya cette entité en question, et son petit corps vint glisser sur le sol sur quelques mètres, tandis qu'il gémissait de douleur. Habilement et sans grand mal, j'arrivais à côté de lui d'un bond gracieux et écrasais avec violence ma patte sur son ventre. Après ça, je plantais les griffes de ma seconde patte avant dans son visage. Sans aucune pitié, j'exécutais un mouvement, augmentant considérablement le nombre de chances pour que personne ne le reconnaisse après cet évènement. Je ne pus pas prendre un instant de répit que, déjà, plusieurs autres lutins fonçaient vers moi. Incapable de me défendre contre tant d'adversaires, je me contentais de pousser une sorte de rugissement qui les paralysait dans leur course. Un regard à Elliot suffit à m'informer de sa situation.

« Pas trop peur, le nain ? »

A vrai dire, je m'en fichais pas mal. Je me concentrais de nouveau sur mes adversaires, et décidais de mener un nouvel assaut. Mes ennemis reprenant leurs esprits, il m'était difficile de pouvoir trouver un plan. Quand bien même, je décidais d'opérer celui dans lequel j'avais le plus de chances de mourir dans d'atroces souffrances : l'attaque. Un premier fonçait vers moi, je me contentais de me jeter sur lui et le plaquer au sol avec une aisance certaine. Mes crocs se refermaient sur son cou, et je n'eus aucun mal à lui briser la nuque. Tandis que, éprit de colère, un second se jetait sur moi, j'attrapais son confrère et le lui jetais dessus, laissant les deux s'écraser au sol. Posant sur eux un regard hautain et cruel, j'enfonçais le vivant dans le sol dans un ultime bond sur son dos, lui arrachant un horrible cri de douleur. Malgré tout, il restait énormément de lutins.

« Qui est le prochain ? Venez, et vous finirez dans le même état. » grondais-je.

J'avais de l'espoir. Je pensais qu'en les traitant de la sorte, ils finiraient par craquer et de ce fait, fuir loin de nous. Le plan fonctionna, au début, les quelques lutins qui avaient jugé bon de s'occuper de moi prirent la fuite. Très vite, Elliot fut aussi libéré de ses ennemis, ceux-ci rejoignant leurs compagnons. Quant à moi, à contre coeur, je vins me placer à côté de l'autre gamin débile - qui faisait sûrement moins le malin, d'après sa tête. Un lutin assez gros et barbu s'approcha, et dégaina une sorte de grosse hache en se plaçant en face de moi. Un coup d'oeil me suffit à comprendre que ça, ce n'était pas un jouet. Elliot ne fut pas non plus épargné, car un second nain semblable au premier vint se placer près de son frère et dégaina une épée. Reprenant ma forme humaine, je commençais à flotter dans les airs et ne pus retenir un commentaire sarcastique :

« Alors modèle réduit, tu veux t'amuser avec ton jouet en plastique ? » lançais-je d'un air amusé.

Cette provocation suffit à le faire venir. On allait chacun devoir affronter des gros lutins, qui semblaient être les chefs de cette armée. Deux duels, ce n'était pas plus mal. Quand bien même, je décidais de me battre sous forme humaine, étant plus agile, j'avais moins de chance de subir les foudres de cette hache.

Spoiler:
 


Voir la signature ?



Contenu sponsorisé
 

Du blanc, que du blanc [PV Kyomi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Tsukimori™ :: Cuisine à jouets-