AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Une Populaire, une Gothique, une rencontre.


Mar 25 Oct - 20:13
avatar
Messages : 386
Date d'inscription : 22/10/2011

Fiche de Personnage
Années d'études : 4eme année - 15 ans
Don/Forme animale :
Contractant : Aucun.

Voir la signature ?



Fuyu Kodoku
Première semaine au sein de ce nouveau pensionnant où fut envoyé Fuyu. Un peu perdue au départ, elle s’était vite retrouvée en rentrant dans le groupe des Gothiques. Quelques anciens lui avaient vite appris les raccourcis du pensionnat ainsi que les ruelles les plus calmes et donc les plus sombres du coin.
En parlant de ruelles, Fuyu se dirigea vers l’un d’entre elle. Sortant de sa chambre, elle se mit à avancer dans les couloirs des dortoirs vêtue d’un jean noir délavé ainsi que d’un chemisier d’une couleur indigo unie. A ses pieds, des converses noirs ornés de lacets rouges. Sa longue chevelure écarlate reposait sur ses épaules tandis qu’elle enfouit ses mains dans ses poches. Ses doigts agrippèrent son portable qu'elle sentit vibrer sans y prêter grande attention.
Elle descendit les escaliers, la tête haute comme à son habitude, les épaules en avant et le regard froid et distant. Une fois arrivée au hall, elle regarda autour d’elle en apercevant les premières et deuxièmes années entrain de parler à mi-voix tandis qu’un silence lourd s’installait quand ils virent Fuyu marcher dans les couloirs. Cette dernière ne daigna même pas leur adresser un regard, ce n'étaient que des gamins encore trop timides et gentils, n'osant même pas élever le ton avec un professeur. Elle se contenta de continuer sa marche lente et de sortir par la porte principale après avoir décliné l’invitation d’un jeune homme Punk pour écouter de la musique ensemble. Les techniques de drague étaient de plus en plus idiotes, d’après la jeune Kudoku. Sa main frêle se posa sur les portes pour les refermer derrière elle et revenir trouver sa place dans sa poche de pantalon.
Traversant la cour principale qui donnait sur de multiples autres entrées, elle leva la tête vers le ciel pour s’assurer qu'il était était bien dégagé et qu’elle pourrait prendre plaisir à se balader dans les ruelles un moment avant que la nuit ne tombe. Bien qu’elle pouvait se défendre, elle n’allait sûrement pas faire le poids si une bande de garçons plus âgés qu’elle l’attaquaient. Elle n’était pas invincible tout de même. Le soleil rayonnant aujourd'hui, était haut dans le ciel, entouré de quelques nuages d'un blanc coton. Aucune forme particulière d'après Fuyu qui haussa les épaules en poussant un grognement.
Toujours avec sa démarche à la fois assurée et nonchalante, la jeune fille s’arrêta prés d’une benne à ordures. Elle regarda à droite puis à gauche pour enfin hausser les sourcils et s’enfoncer dans la ruelle à laquelle elle faisait face. Après quelques mètres parcourus, elle se s’adossa à un des deux murs en sortant une main de sa poche pour tâter celles de derrière. Elle cherchait des cigarettes, malgré le fait qu’elle ne fumait pas. Bizarre, non ? Elle fut prise par une soudaine envie de fumer alors qu'elle n'y avait jamais pensé auparavant. Les paroles de sa grand mère commencèrent à tourner en boucle dans son esprit. Tous ces avertissement qu'elle lui donnait en la poussant à ne jamais céder la tentation. Elle fit un geste de la main pour chasser ces pensées, à quoi bon ? Elle ne reverrait peut être plus jamais la seule personne qu'elle n'ai jamais aimé et puis, elle avait grandit et changé. Un peu trop, peut être. Son style vestimentaire avait peu à peu affecté son caractère jusqu'à le consumer entièrement pour avoir la possibilité d'en forger un autre. Avec tout ça, elle n'avait toujours pas de quoi faire cette première expérience. Elle fit une moue de mécontentement en tournant brusquement la tête à gauche. Elle avait entendu un bruit de pas et elle n’eut pas à attendre beaucoup avant de voir une silhouette d’une jolie jeune femme se présenter devant elle. Plutôt grande de taille, elle devait avoir dix sept ans ou plus. Très charmante cette personne, mais Fuyu ne fit que croiser les bras au niveau de sa poitrine et arquer un sourcil à l’égard de la nouvelle arrivante.


– Tu n’aurais pas une cigarette, par hasard ?

Un ton direct, ni trop froid, ni trop hautain. Indifférent serait le mot juste. Son regard sombre plongea dans celui de la jeune femme avant qu’elle n’esquisse un sourire au coin, suite au vent qui venait de se lever pour mettre en désordre ses cheveux relâchés. Fuyu passa ses mains dans ceux-ci pour les aplatir un peu et reporta son attention sur son interlocutrice après avoir poussé un léger sourire.
Un tic agita soudainement sa lèvre supérieure, la jeune Kudoku entendit un autre bruit. Plus rapide et furtif, cette fois-ci. Elle tourna sa tête mais ne vit rien malgré le fait qu’elle plissa les yeux. Une ombre noire fila à toutes vitesses ; un chat ? En pensant à cet animal, elle se rappela que c'était bientôt Halloween. Pour les autres, elle était déguisée à temps plein avec tout ce noir et ces vêtements gothiques. Pour elle, c'était une fête qui ne méritait même pas son nom ; que d'idioties.
Comme en transe par ce futile détail, Fuyu sembla absente un moment avant de se faire ramener à la réalité par le son de la voix de la jolie jeune femme. Elle posa son regard profond sur elle tandis qu’elle remit sa main dans sa poche pour en tirer son portable et y jeter un coup d’œil rapide. Après avoir répondu à quelques Sms, elle daigna le ranger pour hocher doucement la tête en la basculant en arrière ; se la cognant par la même occasion. Elle poussa un grognement et se massa doucement la tête avant de soupirer et se remettre à étudier cette étrange jeune femme à la beauté inouïe.


Dernière édition par Fuyu Kodoku le Jeu 27 Oct - 10:49, édité 1 fois

Mer 26 Oct - 22:48

Voir la signature ?



Invité
Le ciel était gris et les nuages sans aucunes formes distinctes se mélangeaient les un avec les autres pour noyer le ciel dans un gris funeste et lugubre. Il ne pleuvait pas pourtant, du moins pas pour le moment. Elle leva son regard vers le ciel une dernière fois avant de fermer les yeux et de s'étirer. Elle en avait mare de rester enfermée dans cette chambre d'internat. Cette chambre qu'elle habitait depuis maintenant près de six ans et qui n'avait pratiquement pas changée. C'était elle qui avait changé et l'innocent Casey était morte aujourd'hui et avait laissé la place a une jeune femme dure et pourtant si douce. Mauvaise et pourtant si adorable : si changeante. Elle était comme la pluie et le soleil, on ne pouvait pas vraiment la prévoir. Assise sur le rebord de sa fenêtre elle soupira, en ouvrant son paquet de cigarette. Vide. Elle râla du plus profond d'elle même. Ne plus avoir de cigarette la frustrait. Elle attrapa sa veste en cuir et jeta un dernier coup d'oeil à son miroir. La jeune fille qui se trouvait face à elle était horriblement belle et souriait avec malice, un sourire imprimé sur un visage doux et longiligne. Casey arrangea ses cheveux, énormément long jusque sa taille d'une couleur violette puis enfila un jeans. Elle n'avait pas bougé de la journée. Enfin elle quitta son miroir et se dirigea vers la porte de sortie. Elle quitta sa chambre et ensuite l'internat après avoir descendue les marches deux à deux. A chaque fois qu'elle quittait le lycée et l'internat elle se sentait libre de souffler à nouveau. A l'intérieur elle se sentait compressée, pas libre comme un oiseau enfermé en cage. A l'extérieur elle était tel un tigre, libre comme l'air et de ses actes.

Elle avançait de sa démarche assurée et contrôlée dans les ruelles de la ville. L'internat était derrière elle et l'envie de quitter l'ile l'envahissait comme en ce moment même. Mais pour le moment elle ne pouvait pas. Elle ne savait pas quand elle le pourrait surtout après ce qu'elle avait fait. Mais ce qu'elle avait fait six ans plus tôt restait et restera toujours un secret et un lourd fardeau... Pas ce qu'elle avait fait en elle même, mais ce qu'on lui avait fait plutôt qu'autre chose. Elle s'engouffra dans une ruelle sombre. C'était un raccourcit que personne n'empruntait jamais et elle ne comprenait pas vraiment pourquoi vue que ce n'était qu'une simple ruelle sombre certes, mais pas de mauvaise fréquentation hors les dealeurs qui venaient de temps à autre dans ce vieux chemin pour faire leur buisness. On n'y trouvait pas violeur en tout genre et pute de service, loin de ça, hors de vieux chats errants. De sa démarche assurée elle quitta la ruelle et se rendit au bar tabac. Un vieux bar qui devait être là depuis des lustres si ce n'était pas plus d'un siècle. A l'intérieur ça sentait le vieux et le moisit. Casey se rassurait en sortant du bar tabac à chaque fois, qu'il ne se soit pas écroulé sur sa tête. Mais ça ne posait pas problème tant qu'elle pouvait acheter sa cartouche une à voir deux fois par semaine.

Casey sortie du bar tabac après avoir remercier le vieux barman d'un signe de la main et d'un sourire. Il devait être aussi vieux que son bar et pourtant tenait encore debout. Ridé, cheveux gris et marchant d'une façon assez penchée, Casey se demandait comme il faisait pour tenir encore à se lever tous les matins pour aller ouvrir le bar tabac et cela tous les jours de la semaine du matin au soir, sauf le lundi. Elle avait apprit qu'il avait perdu sa femme il y avait dix ans de cela et donc il s'occupait de ce bar en souvenir de sa bien aimé. Quel courage... Casey n'avait jamais réussit à aimer quelqu'un plus longtemps d'un mois; s'était un record imbattu... Elle n'avait pas confiance en les hommes, les avoir dans son lit lui suffisait amplement sans pour autant se faire passer pour une pute. Elle reprit la route de l'internat repassant par la vieille ruelle bien sombre et lugubre. Une semaine plus tôt elle avait croisé un dealeur et lui avait acheté un petit peu de chocolat magique ce qui la fit s'arrêter dans sa route. Il lui en restait de quoi se rouler une clope magique ce pourquoi elle s'alluma pour commencer une cigarette qu'elle plaça entre ses lèvres et s'installa contre un des pans de mur et commença à se rouler sa cigarette magique. Un plaisir qu'elle aimait se procurer de temps à autre mais qui ne devenait jamais tel une drogue impossible à s'en séparer. Sa clope au lèvres, elle en crachait la fumée grisâtre vers le ciel lorsqu'une jeune fille, beaucoup plus jeune s'adressa à elle. Casey arqua un sourcil et la détailla sans trop vraiment l'écouter. Elle était différente, vraiment différente d'elle physiquement. Plutôt habillée de manière sombre, un regard sombre, elle n'était pas le genre de fille que Casey fréquenterait. On remarquait pourtant une chose en commun, la couleur non commune de leur chevelure. La sienne était écarlate et celle de notre chère Casey dans les tons Violet, et des fois rose cela dépendait des humeur de notre demoiselle. M'enfin cela n'était qu'un détail.

Mais le détail le moins insignifiant que l'on pouvait remarquer était le ton qu'elle avait employé pour lui adresser la parole. Un ton assez direct et assez Les tons qu'elle détestait que l'on emploi pour elle. Casey pouvait parler au gens ainsi, mais ceux qui lui parlait devait éviter. C'est pour cela qu'un sourire naquit au coin de ses lèvres rosés, un sourire doux et pourtant si plein de malice. Elle fixa la jeune fille devant elle.

« Dis-moi ma chérie on ne ta jamais apprit de formules de politesses !? C'est quoi ces manières !? »


Un léger rire s'échappa de sa gorge puis de ses lèvres. Un rire aussi cristallin que sa voix douce et chaleureuse. Elle sortit son paquet de clope et avait rangé entre temps sa cigarette magique dans sa poche arrière de son jeans, puis le passa sous le nez de la jeune fille. Casey n'était pas spécialement mauvaise, mais elle détestait qu'on lui manque de respect. Tant qu'on lui manquait de respect elle était exécrable. Pauvre fillette... Mais elle avait qu'à avoir demandé la cigarette avec un grand sourire et gentiment ainsi qu'avec la politesse qu'il fallait. Casey inclina sa tête de côté.

« C'est ça que tu veux n'est-ce pas !?... Et bien il va falloir me le demander avec beaucoup beaucoup beaucoup de gentillesse pour en avoir ! »


Elle avait beau être magnifiquement belle, notre chère Casey était en vérité une vraie petite saloperie. Les apparences sont plutôt trompeuse pour elle, car d'apparence d'Ange, on pourrait plus simplement la simplifier, d'ange noir ou d'Ange déchu...

Ven 28 Oct - 20:09
avatar
Messages : 386
Date d'inscription : 22/10/2011

Fiche de Personnage
Années d'études : 4eme année - 15 ans
Don/Forme animale :
Contractant : Aucun.

Voir la signature ?



Fuyu Kodoku
En entendant les derniers mots de la jeune femme à la chevelure étrangement violette, sur ce ton si sarcastique mais surtout de cette voix cristalline, Fuyu ne put s’empêcher d’étirer ses lèvres pour former un sourire provocateur. Elle semblait gentille, elle ressemblait à un Ange ; elle n’en était rien. Croyait-elle vraiment qu’elle allait lui obéir pour une vulgaire cigarette ? Quand le paquet lui passa sous le nez, la jeune Kodoku ne fit rien, ne bougeant pas, seulement ce sourire accroché à ses lèvres. L’odeur du tabac qu’elle huma parcourut ses narines tandis que ses mains s’enfoncèrent dans les poches son pantalon. Elle approcha de la jeune femme et arrêta son visage à proximité du sien, à quelques centimètres de son oreille, avant de parler à mi-voix.

– Même pour une cigarette, je ne serai pas aussi polie que tu me demandes de l’être.

Elle s’éloigna en sortant ses mains de ses poches et poussa un léger soupire en s’adossant de nouveau au mur, mais de façon cette fois-ci à faire face à son interlocutrice. Elle avait été bien élevée et les bonnes manières, elle les connaissait par cœur. Mais comment rester aussi polie après avoir été rejeté par ses parents et envoyé dans un pensionnant qu’on pourrait qualifier de totalement dingue ?! D’autant plus, qu’elle n’avait jamais fumé et donc, elle n’était pas encore accro, alors son envie pourrait attendre encore. Mais ça, la nouvelle arrivante ne le savait pas et cela suffit à faire rire ironiquement Fuyu qui ajouta deux syllabes pour mettre un terme à ses paroles.

– Tant pis.

C’était d’un réel plaisir que de croire qu’elle allait céder aussi rapidement alors que ce ne fut pas le cas. D’ailleurs, elle n’allait pas du tout céder. Elle avait pour habitude de répondre aux provocations par les poings, mais dans cette situation, cela ne conviendrait pas. Elle aimait jugeait les conséquences de ses actes et si elle frappait cette inconnue pour si peu, elle aurait des ennuis et cela ne tournerait pas spécialement en sa faveur. Elle leva machinalement la tête vers le ciel qui commençait à s’assombrir et poussa un grognement en s’étirant vers le haut. Semblant oublier qu’elle n’était pas seule, ses yeux se fermèrent alors qu’elle était plongée dans ses respectueuses pensées. Sa grand-mère ne l’avait pas éduqué ainsi, et si elle la voyait, elle ne serait sûrement pas fière d’elle. Elle lui ferait une pichenette sur le front en lui intimant l’ordre d’être plus respectueuse envers les inconnus. Fuyu fut tirée de sa rêverie par un miaulement de chat. Elle haussa les épaules en ré affichant son sourire qui relevait du défi, mais ne comprenait même pas pourquoi cette jolie jeune femme voulait qu’elle soit plus polie, elle l’avait été amplement. Son ton était certes direct –Mais ça, allez lui enlevez !- mais elle n’avait pas été hautaine ou trop froide. Elle était comme ça après tout, et si ce comportement ne plaisir pas aux autres, qu’ils aillent voir ailleurs ! Un caractère bien trompé, et elle était fière d’être comme ça. C’était la seule chose qu’elle aimait en elle, de toute façon. Même sa beauté ne l’intéressait pas, vu que l’Amour n’existait presque pas dans son cœur.

Elle toussota doucement et fit passer sa main droite sur la nuque, entendant à peine la voix de son interlocutrice, aussi cristalline que la première fois, retentir. Elle leva doucement le regard vers elle en basculant la tête en avant. Son regard n’avait pas changé ; froid, distant, profond et surtout sombre. Un regard qu’elle s’entêtait à porter pour y cacher les traces de son douloureux passé. Un regard qui lui avait falloir grand nombre d’heures de colle ainsi que de disputes et de bagarres ; mais aucune importance. Elle s’était attachée à ce nouveau caractère, à cette tension omniprésente, à cette solitude, à cette tristesse. Ça faisait parti de sa vie désormais, et rien ne pouvait les lui enlever. Là encore, sa grand-mère ne serait pas d’accord. Elle avait du mal à se l’avouer mais au final, la vie séparait les gens plus que la mort ne le faisait.


Voir la signature ?



Contenu sponsorisé
 

Une Populaire, une Gothique, une rencontre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le rara: une tradition populaire toujours vivace
» Martelly se prend en photo avec le leader le plus populaire de la Caraibe
» Droite populaire: attention danger fascisme imminent
» La gauche populaire
» Faible participation populaire à une manifestation antigouvernementale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Tsukimori™ :: Ruelle sombre-